y2pgzf2fVN9Qt9NhzL1C

2 choses à savoir avant de faire une greffe de cheveux pour femme

Alopécie androgénétique (peu courant chez les femmes), alopécie de traction ou cheveux clairsemés, la greffe de cheveux est la solution durable pour remplacer ceux que vous avez perdus. Encore appelée implant capillaire, cette opération esthétique consiste à prélever les cheveux du patient et les réimplanter ensuite sur les zones à densifier. 

Cette solution est considérée comme extrême, le dernier recours pour la plupart des spécialistes. De ce fait, voici deux choses importantes que vous devez savoir avant de vous lancer dans cette opération. 

Quelle technique pour une greffe de cheveux ?

Une greffe capillaire a pour principe le prélèvement d’une partie des cheveux au niveau de la couronne hippocratique. Partie située à l’arrière de la tête où la chevelure est toujours bien fournie. Ensuite, les fixer à l’avant, dans la région du front et de la tonsure.

Cette implantation peut se faire de trois façons : la FUT (Follicular Unit Transplantation), la FUE (Follicular Unit Extraction) et la DHI (Direct Hair Implantation).

La FUT ou greffe par bandelette

Cette technique est pratiquée sur les personnes avec une alopécie importante. Il s’agit de détacher une bande du cuir chevelu de 15 cm de longueur en moyenne pour une largeur de 1 à 2 cm, encore bien fournie en cheveux.

La zone prélevée est refermée par une suture, et une partie de la bande de cheveux est replantée. L’autre va être découpée, puis insérée dans la zone dégarnie à l’aide d’une aiguille. Une séance peut durer entre 3 et 5 h et permettre de greffer 5 000 cheveux.

La greffe par extraction folliculaire ou FUE

Cette seconde technique est pratiquée dans les cas d’alopécie peu importante. Ici, les micros greffons sont directement prélevés et repiqués dans la zone concernée. Ainsi, le praticien extrait les implants un à un, à l’aide d’un outil spécial, et les follicules pileux sont ensuite réimplantés à l’aide de forceps dans des trous de réception, sur la ou les zones nécessiteuses.

 Selon la taille des outils d’extraction choisis, l’opération peut être plus ou moins visible. Mais elle est plus discrète et la guérison plus rapide qu’une FUT qui laisse une cicatrice linéaire à l’arrière du crâne.

La méthode DHI 

Plus récente, c’est une évolution de la FUE, codifiée et standardisée pour un résultat optimal. L’extraction se fait par un micro punch pour ne laisser aucune cicatrice. L’implantation à l’aide d’un stylo d’injection de cheveux ne nécessite pas de trou de réception préalable. Il permet aussi de contrôler la profondeur, l’angle et la direction des follicules implantés. Actuellement, c’est la technique la plus efficace, car elle permet d’obtenir le meilleur taux de repousse et la meilleure densité de cheveux.

Selon votre problème, vous trouverez une technique appropriée. Mais il est aussi important de penser à l’efficacité d’une telle opération et sa durée dans le temps. 

Implants capillaires : efficacité et durabilité 

Chez les femmes, des cheveux de plus en plus clairsemés sur la raie de coiffage sont les signes d’une calvitie. Mais ces pertes sont généralement dues à l’alopécie de traction. Conséquence des chignons plaqués et tresses serrées à répétition. Dans ces cas, la greffe capillaire sera efficace. S’il n’y a pas de rejet, le résultat est naturel et va tenir définitivement. 

Par contre, pour les cas d’alopécie diffuse et de pelade, la greffe capillaire n’est pas recommandée. Ceci pour la bonne raison que même avec une greffe réussie, le reste des cheveux va continuer à tomber après l’intervention. 

En effet, votre calvitie peut se dégrader au fil des années et de nouvelles zones dégarnies apparaître, vous obligeant ainsi à une nouvelle opération. Selon les cas, un chirurgien vous conseillera peut-être des solutions sur 10 ou 15 ans. 

 

Conclusion

La greffe de cheveux est une opération esthétique courante. Car une chute de cheveux peut avoir des conséquences aussi bien sur le physique que le psychologique.

98 % des cas de greffes de cheveux sont un succès car elle s’effectue avec les propres cheveux du patient. Mais les résultats peuvent varier d’un individu à l’autre. Cependant, avant d’y arriver, il est conseillé de chercher auprès de spécialistes, des traitements permettant de réduire la chute et de stimuler la repousse.